© Bertrand Bodin
Melissa Bertrand‑Pellisson Safran made in Champsaur

Mélissa Bertrand‑Pellisson

Le safran champsaurin de Mélissa Bertrand-Pellisson

Avec une formation en plantes aromatiques et médicinales, complétée par une spécialisation en herboristerie, Mélissa Bertrand-Pellisson s’est lancée dans la culture du génépi à Orcières Merlette. La nature est son élément, « j’ai toujours baigné dedans. Mes grands-parents cueillaient leurs plantes condimentaires dans la nature. On les faisait sécher sur un grand tamis.» C’est donc un retour aux sources pour Mélissa, « j’ai surtout beaucoup appris par moi-même. »
Elle a aussi ouvert une safranière à Bénévent, sur la commune de Saint-Bonnet-en-Champsaur. Elle a planté 3000 bulbes de Crocus sativus. « La culture du safran, c’est magique, » s’émerveille-t-elle. Et d’ajouter, « la plante paraît tellement délicate mais en réalité c’est une force de la nature».
La récolte du safran s’effectue à partir d’octobre. Elle dure deux mois, avec des pics de floraison. Mélissa explique, « la fleur a besoin de la petite chaleur du soleil pour s’ouvrir. C’est très rapide. C’est à ce moment là qu’elle se cueille. Une fois les pistils coupés, ils sont mis à sécher à basse température. Et là, ils prennent leur couleur rouge écarlate caractéristique. Pour que le safran exhale son odeur, il faut le mettre en bocal fermé pendant un
mois».
Depuis peu, ses crocus sont venus rejoindre le génépi à Orcières Merlette.