© Vanessa Martin
Experience

Nos bouts du monde a la croisee des saisons

Vous ne trouverez, dans ce qui suit, qu’authenticité et plaisirs simples. Un retour à la nature avec des rencontres sincères et conviviales loin du bling bling des grosses stations de ski sans âme.

Portrait Vanessa Martin Auteur 2 Portrait Vanessa Martin Auteur Portrait Vanessa Martin Auteur
Vanessa

Artiste, née et résidant en Provence, passionnée par les grands espaces et la nature dans toutes les palettes qu'elle offre à voir. Ici ou ailleurs, on trouve des bonheurs simples.

Quelle chance d’avoir le bout du monde à seulement quelques kilomètres de chez soi ! C’est exactement ce que je me dis quand je pars avec ma petite famille dans les Alpes. Quand j’étais gamine, je venais souvent dans le Champsaur, mais c’est récemment que j’ai redécouvert avec ravissement ce joli coin de France. D’abord fascinée par la haute vallée très ouverte avec Le Drac en son centre, une large rivière, qui offre des paysages merveilleux de carte postale.
Mais les plus grands bonheurs sont souvent cachés. Aussi, c’est en s’enfonçant dans les gorges alentours que l’on tombe sur des vallées secrètes.

Vous ne trouverez, dans ce qui suit, qu’authenticité et plaisirs simples. Un retour à la nature avec des rencontres sincères et conviviales loin du bling bling des grosses stations de ski sans âme.

Découvrir la Vallée de Champoléon

Nous quittons en famille Aix-en-Provence après le travail, un vendredi soir, comme beaucoup, mais en dehors des vacances scolaires de la région PACA c’est plutôt calme sur la route. Nous rejoignons rapidement le Champsaur qui s’éteint déjà dans des tons bleus gris apaisants. C’est à la lumière des phares que nous suivons la petite route qui serpente dans la vallée de Champoléon jusqu’à l’auberge des Écrins.

Randos à Champoléon

Champoléon est une destination nature prisée des randonneurs puisque les sommets entourant la vallée approchent ou dépassent les 3000 m. On trouve ainsi de quoi faire de vrais sentiers de haute montagne avec une grande diversité de bas en haut. Un endroit de déconnexion totale au cœur des montagnes.

Jour 1

Activités pleine nature dans la Vallée de Prapic et du Drac Noir

Après avoir suivi la route du Drac Noir enclavée entre d’immenses sommets, on arrive à Prapic, un village traditionnel plein de charme accroché à la montagne. L’église semble percer le ciel bleu tandis que les imposantes maisons de pierre flirtent avec les ruelles pavées. C’est un des départ pour le Parc National des Écrins. Il suffit de traverser le hameau, de gravir la pente et on se retrouve sur un immense replat sauvage parfait pour la pratique du ski de randonnée et des raquettes en hiver. Pour nous trois, ce sera l’occasion de faire une initiation au ski nordique. Je serai la seule à peiner dans l’apprentissage de ce sport, les deux hommes, le petit comme le grand se régalant de plus en plus au fil des minutes. Il faut dire aussi que notre accompagnateur, Frédéric, est incroyablement pédagogue et patient et les efforts finissent par payer.

Détente près de la station d’Orcières

Sur le retour de Prapic, nous nous arrêtons pour manger au Gîte de Chauffarel tenu par un couple de mushers sympathiques. Le déjeuner permet ainsi de goûter aux spécialités du Champsaur avec une assiette composée de fromages, de tourtons et de charcuteries délicieuses. Et tout cela au soleil avec la piste de ski de fond en paysage.

Puis, juste en face du gîte, on va faire une expérience unique en savourant une sorte de spa en pleine nature. Un instant nordique sous trois angles : sauna, bac d’eau glacé, bain chaud en extérieur. Vivre comme un trappeur dans la combe du Drac Noir, c’est aussi insolite qu’agréable et c’est bel et bien en France. Un moment détente qui plaira à tous. Le fait de varier les bains et les ambiances rend l’instant ludique et mon fils se fait la joie de prouver son courage dans la baignoire d’eau froide. Il y trempe les jambes et revient en courant et riant dans le bain à 40 degrés. Il nous sera difficile de quitter ce havre de paix où l’on prend vraiment soin de soi.

Jour 2

La Vallée de Molines

On rencontre certains des plus beaux paysages du Champsaur sur la route en direction de Molines. L’arrivée sur la Motte-en-Champsaur offre une vue imprenable sur les premiers sommets du Parc National des Écrins. En cette fin de journée de mars, le beau temps laisse la place à quelques nuages éparses qui viennent s’accrocher aux reliefs, ce qui donne encore plus de profondeur et de puissance à ce lieu. Ça pourrait être le Canada non ? On reste tous sans voix dans la voiture qui file vers Molines.

L’auberge Gaillard à Molines

L’auberge Gaillard est une adresse idéale pour le randonneur plein d’humour car ici le second degré est de mise. Le chef des lieux sait jouer avec les mots et ne s’en prive pas. La cuisine y est délicieuse et la localisation aux portes du Parc des Écrins est parfaite. Une adresse authentique et vivante que je vous recommande chaudement.

Promenade dans la Vallée de Molines

On peut balader en raquettes dans la vallée de Molines mais n’ayez crainte, même si l’hiver n’est pas très neigeux, vous pourrez partir sur de très belles randonnées en forêt. Habitués à promener seuls sur les GR mais ne connaissant pas du tout ce secteur, la compagnie de Fabrice Arbonnier, conteur et guide de montagne, sur quelques heures de balade dans la vallée fut une belle surprise. Un passionné qui sait communiquer sa connaissance du terrain par son enthousiasme et ses envolées lyriques. Une bon moment qui m’amène à souhaiter repartir très vite sur les traces d’animaux sauvages.

Retrouvez l’ensemble des aventures de Vanessa sur son blog www.leblogcashpistache.fr