© Nicolas Levoyer
La Route Napoleon

La Route Napoléon

En empruntant la Route, c’est un véritable morceau d’histoire de France que vous foulez, la voie de reconquête de la France par Napoléon Bonaparte.

 

 


Un monument autant qu’une voie de circulation majeure

Avec leur relief hospitalier, les vallées du Champsaur Valgaudemar sont depuis longtemps maillées de nombreuses routes entre les villages et les stations. La plus déterminante d’entre elle est sans nul doute, la route Napoléon (RN85), véritable cordon ombilical incontournable pour s’élancer à la découverte du territoire.

Dans son entier, la route s’étend entre les Alpes du Nord et du Sud sur 314 km de Grenoble à Cannes. D’un trait elle dessert le Champsaur Valgaudemar depuis Gap via le col Bayard et son plateau aplani jadis par les glaciers jusqu’à St Firrmin aux portes du Valgaudemar et du pays de Corps.

En empruntant la route, c’est un véritable morceau d’histoire de France que vous foulez, la voie de reconquête de la France par Napoléon Bonaparte du 2 au 7 mars 1815 à la fin de son exil sur l’île d’Elbe. Le célèbre empereur et ses nombreux partisans choisirent les Hautes-Alpes pour joindre Grenoble et reprendre le nord du pays.

 


 

 

 


 

Une Route qui se suffit à elle-même

Vous remarquerez les quelques éléments d’histoire en bord de route, parfois disposés sur les aires de repos, notamment les statues d’aigle à la gloire de l’empereur ou des panneaux explicatifs du périple historique.

La Route est aussi l’occasion de goûter à la qualité reconnue de l’artisanat du Champsaur Valgaudemar par ses commerces locaux. Parfois, un léger détour s’imposera pour chiner dans un marché ou se laisser aller à l’incontournable dégustation de fromages de l’une des nombreuses fermes locales.

Pour les courageux en vélo, la route est un bon moyen d’entrevoir le Champsaur Valgaudemar, son bocage et ses cimes enneigées, sur une voie large et sécurisante. Mais elle donne aussi accès au remarquable col du Noyer ou encore aux montées sèches vers plusieurs stations (Chaillol, Ancelle, Orcières Merlette).

 


 

Les refuges Napoléon, la trace d’une douce nostalgie

Elément original du paysage, vous croiserez sur votre route aux cols de Manse et du Noyer des « refuges Napoléon ». Ils constituent la trace tangible du passage de l’empereur : Napoléon, touché par l’accueil bienveillant des Hauts-Alpins, offrit en leg la construction de plusieurs refuges, deux pour le seul Champsaur. Ces bâtisses robustes vous accueilleront pour un verre ou un repas entre leurs murs enfantés par l’Histoire.