© Gaetan Theveniaud
Rencontre avec

LE chocolatier du Valgaudemar

Thierry Siat

Qui dit période de Pâques, dit visite auprès de notre chocolatier Thierry Siat. Récit de Gaetan, dans les coulisses des préparations des oeufs et du Praliné SIAT !

Hautes-Alpes (05), Vallée du Champsaur, Office du tourisme du Champsaur Valgaudemar //  Hautes-Alpes (05), Champsaur valley, Tourisme office of Champsaur ValgaudemarHautes-Alpes (05), Vallée du Champsaur, Office du tourisme du Champsaur Valgaudemar // Hautes-Alpes (05), Champsaur valley, Tourisme office of Champsaur ValgaudemarHautes-Alpes (05), Vallée du Champsaur, Office du tourisme du Champsaur Valgaudemar // Hautes-Alpes (05), Champsaur valley, Tourisme office of Champsaur Valgaudemar
Gaetan

Sportif à mes heures perdues et gourmand le reste du temps !

Pâques dans le Champsaur Valgaudemar

Pâques dans le Valgaudemar

Chaque année, à cette période c’est l’occasion d’une visite personnelle chez Thierry (et Valérie) Siat, LE chocolatier de nos vallées. Je les ai connus lors de mon arrivée en terre Gaudemaroux-Champsaurine il y’a 3 ans et c’est toujours un réel plaisir de leur rendre visite. Nous sommes alors le 13 Mars (avant le fameux confinement) et l’effervescence est palpable dans les ateliers de confection de la Trinité à Saint-Firmin-en-Valgaudemar.

Les préparations de chocolat s’enchainent et entre deux, Thierry m’explique la subtilité de la préparation d’un bon chocolat, la température : il faut monter le chocolat à 55°C et le redescendre en température jusqu’à 29° pour que celui-ci garde sa brillance et son goût.

Thierry Siat : son parcours professionel

Le parcours de Thierry est celui d’un passionné : compagnon confiseur, chocolatier, pâtissier, il a parcouru le monde avant de poser ses valises dans le Valgaudemar. Alsacien d’origine, il a suivi une formation chez les compagnons, puis s’est expatrié en Autriche, au Luxembourg et aux Antilles avant de travailler dans un restaurant 3 étoiles au Guide Michelin, à Strasbourg. Épris de liberté et de créativité, il créé son entreprise en décembre 2008. Un rythme soutenu, de la passion et l’amour du travail bien fait associés à des produits de qualité ; il a su allier recettes de tradition à la modernité. Le génépi, le praliné (quel délice…) et le citron vert se retrouvent dans ses chocolats grands crus. Il m’avouera même avoir une préférence pour le chocolat Vénézuelien.

Dans le chocolat comme dans la pâtisserie, tout est affaire de précision et rien n’est laissé au hasard.

La transmission

Une affaire de famille 

Depuis ma première visite, les locaux ont grandi et dorénavant son fils fraichement diplômé travaille au sein de l’entreprise familiale. Dans son regard, la même passion que son père pour son travail. Pour mon plus grand plaisir, il réalise quelques moulages devant mes yeux (et papilles) ébahis. Erwan, Guilème et Lou les ont rejoints eux aussi depuis un an et font leur apprentissage à Saint-Firmin. La transmission est une valeur que Thierry aime à me répéter et c’est un devoir de compagnon ! Minutieux et passionné, Thierry Siat a réussi à allier l’amour de son travail à un cadre de vie exceptionnel. Ses spécialités n’ont pas fini de faire parler d’elles tant on aime les savourer !

Où les trouver ?

Pâques : période de rush

Lors d’une année « normale » il réalise plus de 10 000 fourrés pralinés : ce praliné dont je me délecte à chaque visite est sans émulsifiant !  Seulement du beurre de cacao, du chocolat, du sucre et des noisettes. Ses noisettes sont corses et apportent cette subtile touche de sel grâce aux embruns de la mer Méditerranée tout près de laquelle elles poussent, un délice dans ses fritures.  Ce sont aussi 9 000 Œufs et 1 200 sujets, malheureusement, le contexte actuel les a forcé à stopper leur production mais il est toujours possibles de les retrouver dans les points de vente suivants.

Une aubaine pour les gourmands que nous sommes et l’occasion de soutenir cette belle entreprise dans ces moments difficiles. Soutenez notre chocolatier, soyez gourmands, mangez des œufs de Pâques SIAT. Avouons-le, être solidaire en étant gourmand, c’est plutôt satisfaisant !

Gaetan

à voir également