Offices de tourisme alentours English version Hiver

Route Napoléon

La Route Napoléon (RN 85) est le nom donné à l'itinéraire emprunté par Napoléon Bonaparte pour relier Golfe Juan à Grenoble, via Grasse, Digne, Gap, traversant deux régions et quatre départements dont celui des Hautes-Alpes, où se situent les vallées du Champsaur et du Valgaudemar.

L'histoire...

Stèle commémorant le passage de Napoléon à La Fare-en-Champsaur

En 1814, Napoléon Bonaparte, alors exilé sur l'Ile d'Elbe, décide de rejoindre la Capitale et de reconquérir le pouvoir. Il débarque, le 1er mars 1815, à Golfe Juan et part, accompagné de quelques fidèles récupérer son titre en ralliant Lyon par les montagnes, évitant ainsi les résistances des villes royalistes.
Durant cent jours, Napoléon et sa garde traversèrent la Provence et les Alpes jusqu'à Grenoble, qu'ils atteignirent le 7 mars, après une marche forcée d'une semaine.
Ils parcourront 314 km en 6 jours, pour arriver aux Tuileries le 20 mars, conformément à ses prédictions.

Route Napoléon : 200 ans !

L’année 2015 a fêté le bicentenaire des Cent jours, l’occasion de célébrer la route mythique empruntée par Napoléon 1er de retour de l’Ile d’Elbe, à travers la Provence et les Alpes, dans le but de reprendre le pouvoir en France.

La Route Napoléon (RN85) relie Golfe Juan à Grenoble, via les vallées du Champsaur et du Valgaudemar. A La Fare-en-Champsaur, une stèle commémore la halte de l’Empereur (6 mars 1815).

La 'petite' histoire...

Parti de Gap le lundi 6 mars 1815, Napoléon franchit par temps de neige le Col Bayard. Il arrive à La Fare-en-Champsaur où il décide de faire une halte. Aujourd'hui, une stèle commémorative est apposée à cet endroit même, en bordure de la RN 85.

Anecdote : Le plus âgé des grenadiers, Gentillon, originaire du Champsaur, a obtenu la permission de devancer la colonne pour aller embrasser son vieux père, un paysan de l'Aullagnier. Au passage de l'Empereur, alors que la population s’agglutine autour de Napoléon, ce soldat lui présente un nonagénaire paralysé, presque aveugle qui a voulu approcher son souverain avant de mourir. Il est dit que cette scène touchante avait été le sujet d’un tableau que l’Empereur aurait commandé pour ses appartements.

Bonaparte poursuit le jour même sa route et arrive à St Bonnet-en-Champsaur.

Anecdote : Napoléon arrive à St Bonnet alors que le marché se finissait. Le maire M. Achard, royaliste, boude en sa mairie. Les villageois, accourus très nombreux, accueillent avec flamme l'Empereur. Jugeant son escorte trop faible, ils lui proposent de faire sonner le tocsin de clocher en clocher pour appeler les hommes valides à se joindre à sa petite armée. Confiant dans son succès, il refuse et leur dit : " Vos sentiments me font connaître que je ne me suis pas trompé, ils sont pour moi un sûr garant des sentiments de nos soldats. Ceux que je rencontrerai se rangeront de mon côté. Plus ils seront, plus mon succès sera assuré. Restez donc tranquilles chez vous."

Autre version : A St Bonnet-en-Champsaur, l’Empereur mande le Maire par l’un de ses officiers ; mais Jean-Joseph Achard lui fait répondre : « En qualité de maire je siège à la maison commune. C’est ici même, si l’on se dit Empereur, qu’on doit se rendre en personne si l’on a des affaires à traiter ! ». Devant cette attitude, Napoléon aurait déclaré : « Il n’y a d’homme libre et fière que dans les montagnes ».

Après St Bonnet, Napoléon Bonaparte reprend son chemin, traversant la commune du Noyer, notamment le hameau de La Guinguette. Une plaque apposée sur l'une des maisons indique que l'empereur Napoléon s'y arrêta le 6 mars 1815.
Cependant, pour découvrir la commune, il faut quitter la route principale, en direction de l'ouest, vers le col du Noyer à 1664 mètres d'altitude. Ce col est un 'classique' des passionnés du vélo et une étape du Tour de France en 2010.
Suite à son passage, et pour remercier les habitants de leur accueil, Napoléon fait don d’une somme importante au département qui servira à construire 6 refuges. Le but est de sécuriser le passage de col dangereux en construisant des maisons de secours qui font communiquer deux vallées. En Champsaur & Valgaudemar, deux refuges furent construits : le refuge du Col de Manse et celui du Noyer. Ce dernier, construit en 1854, fut détruit par un incendie en 1947 et reconstruit à l'identique vers 1955. Il est aujourd'hui ouvert uniquement l'été. On y trouve un restaurant proposant des spécialités montagnardes et la vente de produits locaux et souvenirs. Le refuge du Col de Manse est un bar ouvert toute l'année.

Après avoir traversé la vallée du Champsaur, puis celle du Valgaudemar, avec une halte à St Firmin, Bonaparte et ses troupes rejoignent Corps pour y passer la nuit. Le jour suivant, Bonaparte arrive à Laffrey où les Grenoblois sont venus à sa rencontre.

Plus d'informations sur la Route Napoléon sur le site internet dédié :